12 décembre 2014

produitmenace_invit

Lancement et rencontre autour de la campagne Produit menacé

Saint-Anne-des-Monts, 12 décembre 2014 – Mercredi prochain, le 17 décembre, aura lieu le lancement officiel de la campagne «Produit menacé par le développement pétrolier» à la Microbrasserie Le Malbord de Sainte-Anne-des-Monts, de 17h à 19h. Cette campagne, qui a été lancée dans le Bas-Saint-Laurent il y a quelques mois, fait maintenant appel aux agriculteur.trice.s, artisan.e.s, mariculteurs.trice.s et cueilleur.euse.s dont l’activité est menacée par le développement pétrolier. «Tous ceux et celles qui oeuvrent à remplir nos assiettes de bons produits locaux dépendent directement d’un écosystème en santé. L’objectif de l’appellation est de les inciter à prendre position contre le développement pétrolier en Gaspésie. La présence de l’étiquette sur un aliment permettra de stimuler le débat sur cet enjeu et d’en solidariser les acteurs, à la fois ceux qui produisent mais aussi ceux qui consomment», explique Catherine Beau-Ferron, porte-parole de la campagne pour la Gaspésie.

Stéphane Albert, qui a démarré depuis peu une entreprise de cueillette et de vente d’algues sauvages en Haute-Gaspésie, sera présent pour expliquer pourquoi il choisit d’adhérer à cette démarche et comment son activité, de même que celles de nombreux artisan.e.s de la terre et de la mer, est menacée par les multiples projets pétroliers qui nous encerclent tout autour de la péninsule.

Effectivement, plusieurs projets d’extraction par fracturation et de transport de pétrole par train, bateau et pipeline menacent non seulement le fleuve Saint-Laurent, mais aussi la Baie-des-Chaleurs, les rivières et les eaux souterraines de la Gaspésie. Les risques de fuites, déversements et accidents sont réels, et constituent une menace pour les sources d’eau potable et tout l’écosystème qui permet la production, la pêche et la cueillette d’aliments sains aujourd’hui, mais aussi et surtout pour les générations futures.

Les médias nous apprenant dernièrement que le site de Baie-des-Sables, aux portes de la Gaspésie, serait en tête de liste après Cacouna pour l’installation du port pétrolier de TransCanada (Journal de montreal, Radio-canada), il y a de quoi inquiéter non seulement les résident.e.s de la petite municipalité, mais aussi toutes les communautés qui verraient passer tous les jours les immenses superpétroliers au large, qui seraient au nombre de 175 par année, avec les risques que l’on connaît de marées noires et autres accidents, sans compter les incontournables contaminations ordinaires (eaux de ballasts, émanations, etc.).

La rencontre de mercredi prochain, à laquelle sont conviés les artisan.e.s inquiets, mais aussi les personnes intéressées, servira du même coup à faire le point sur l’actualité pétrolière en Gaspésie et les moyens de lutte et de mobilisation sur ces enjeux majeurs qui touchent maintenant plus directement le nord de la Gaspésie.

Cette initiative est soutenue par la campagne Coule pas chez-nous! et Tache d’huile.

-30-

Pour informations :
campagne Produit menacé – Catherine Beau-Ferron 418-288-5358
porte-parole de Tache d’huile – Maude Prud’homme 581-886-3523