15 janvier 2015

gaspe-mob

Décembre a été mouvementé, et 2015 s’annonce engagé!

Retour sur décembre avec un brin de janvier vu le décalage de cette infolettre, et nos meilleurs voeux d’environnement sain et de dignité pour tous et toutes!

Au niveau provincial, des organismes oeuvrant en environnement se sont réunis pour décrier les coupures affectant leur secteur déjà sous-financé.

Le gouvernement Couillard a décidé de lancer en plein temps des Fêtes la réflexion devant mener à l’élaboration de la future politique énergétique du Québec. Cette annonce passée inaperçue revêt une importance certaine, puisque la politique à venir en 2015 influencera durablement l’avenir de la province. Plusieurs se rappellent de la Commission sur l’avenir énergétique du Québec à laquelle avait participé des centaines de personnes et organisations et son rapport, intitulé « Maîtriser notre avenir énergétique », proposait un virage très ambitieux dans notre façon de consommer l’énergie, un changement qui passerait par une réduction draconienne de notre dépendance aux énergies fossiles : le tout serait tabletté?

Le rapport du BAPE sur les gaz des schiste a été rendu public et ses conclusions sont saluées par plusieurs dont le RVHQ et le CMAVI. Certains doutes demeurent alors que Couillard ferme la porte à un moratoire , l’industrie s’énerve et la résistance continue de s’organiser . D’autres gouvernements ont aussi « fermé » la porte à cette industrie ce mois-ci, notamment le Nouveau-Brunswick.

Concrètement, des forages pétroliers vont de l’avant en Gaspésie. Le comité pour l’avenir durable du Grand Gaspé dénonce la complaisance du gouvernement, et des habitant-e-s du secteur ont convié des alliés à un atelier d’éducation populaire. Sur place, il a été convenu de bloquer le chemin menant à Haldimand 4, puis de le rouvrir sous menace d’arrestations. Une manifestation a aussi eu lieu. Voir le communiqué, Pétrolia a réagi par la voie des tribunaux et Tache d’huile, Nastassia Williams et Maude Prud’homme sont maintenant frappées d’une injonction permanente, ce qui ne fait déroger personne du combat pour la protection de l’eau potable et le respect des communautés vers les transitions qui s’imposent. Une nouvelle initiative a par ailleurs été lancée, l’étiquette produits menacés par les hydrocarbures.

Les actions de Pétrolia ont par ailleurs baissé et un coup de communications a visiblement mal tourné. À visionner si ce n’est fait, La Ripaille de Moïse Marcoux-Chabot, qui présente les élites québécoises et gaspésiennes.

Côté contaminations, une enquête aura lieu sur le déversement aux Îles alors que les sols contaminés seront expédiés vers Rimouski et une amende est imposée concernant le déversement à Sept-Îles. Trois-Rivières a vu un déversement considérable. Suivi sur Mégantic : -9 millions aux avocats, rien aux proches des victimes. Au Nord, une poursuite est entamée sur la contamination de l’eau et plus de 1000 barils ont été déversés à Regina. De par le monde, un déversement majeur en Israël, mais aussi au Bangladesh où les équipes de nettoyage sont sous-équipées, il va sans dire. Certains pointent par ailleurs les désastres liés aux rejets de l’industrie qui produisent déjà plus de déchets radioactifs que les centrales nucléaires.

Si vous le sentez, voyez une liste des principaux déversements et fuites de pétrole en 2014, ainsi qu’un article qui décrit le manque d’eau éventuel dans les principales villes du monde.

Côté transport des sables bitumineux, une fuite d’un oléoduc a amené de l’eau (!) au moulin des opposant-e-s d’Énergie Est alors que les dirigeant-e-s d’entreprises pétrolières en rappellent la nécessité. Coule pas chez nous s’organise en vue des batailles à venir dans le dossier, fort de ressources financières augmentées. La campagne est passée par la colline parlementaire à Ottawa alors que la confusion sur la considération ou pas des GES a semé une certaine confusion à Québec alors qu’Ottawa refuse catégoriquement de les considérer dans ce dossier. Jean baril critique d’ailleurs les mécanismes d’évaluation. Il semble bien que Cacouna sera épargné mais Énergie Est parle de Baie-des-Sables. Notons que la compagnie en parle seulement en anglais, refusant de traduire sa documentation. Des membres de la communauté de Khanesatake ont par ailleurs déclaré leur opposition au projet. alors que l’expansion des sables bitumineux serait évitable selon un rapport.

La chute du prix du pétrole a fait couler beaucoup d’encre mais ralentit aussi certains projets, mais pas tous, alors que les projets de pétrole extrême en arrachent déjà. Notons que certains déchantent de l’arrivée du pétrole de schiste dans leur coin.

Côté climat, c’était la rencontre des parties de l’ONU, celle avec la plus grande empreinte carbone à avoir lieu. Sans surprise, le gouvernement canadien continue de défendre l’industrie des sables bitumineux, au grand dam de Ban Ki-Moon. L’accord négocié est commenté, plusieurs ne voient l’espoir plutôt dans l’action populaire et qu’une simulation présente Montréal si le niveau des mers augmente.

Les événements aux États-Unis devraient nous faire réfléchir sur les liens entre racisme et enjeux climatiques et en ce temps des semis, une alternative agricole pour finir ;)

Bonne année 2015 sous le signe des avancées populaires, espérons-le!

ACTIONS À VENIR:

Revue de l’actualité décembre 2014

« Hydrocarbures EN GASPÉSIE – BLOQUONS-LES »

HYDROCARBURES AU QUÉBEC:

Au tour des écolos de dénoncer l’austérité gouvernementale : «Le gouvernement ferait un très mauvais calcul en ne prolongeant pas ce programme, car il perdrait alors des années d’expertise citoyenne», a ajouté Martine Chatelain, présidente de la Coalition Eau-Secours qui a été très active dans le dossier des gaz de schiste.

Le PQ réclame un droit de veto sur tout projet touchant l’environnement : Sylvain Gaudreault a soutenu que le controversé dossier du pipeline Énergie Est constitue surtout un prétexte pour déposer sa proposition législative. «Mais mon objectif est de « dépipeliniser » ce projet de loi.

Un début de réflexion en toute discrétion : Le gouvernement Couillard a décidé de lancer en plein temps des Fêtes la réflexion devant mener à l’élaboration de la future politique énergétique du Québec. Cette annonce passée inaperçue revêt une importance certaine, puisque la politique à venir en 2015 influencera durablement l’avenir de la province.

Enjeux socio-économiques:

Why #BlackLivesMatter Should Transform the Climate Debate :Because we can be quite sure that if wealthy white Americans had been the ones left without food and water for days in a giant sports stadium after Hurricane Katrina, even George W. Bush would have gotten serious about climate change.

Want a green energy future? Nationalize Canada’s oil industry : Some will insist that nationalizing Canada’s oil industry is a fringe, radical idea. But half of Canadians already support it, according to one survey. That’s despite decades of relentless misinformation about the supposed perils of government regulating or running business. Even in the province that is home to the tar sands, more than one in three favoured the idea. Beware of your neighbours, Albertans: they’re harbouring closet nationalizers.

Nigerian communities reeling from massive Shell oil spill : We saw dead fish, dead crabs … This spill occurred 7-8 nautical miles from the shore … so the volume runs into thousands of barrels, » Alagoa Morris, head of the Niger Delta Resource Center for Environmental Rights Action, told Reuters.

Quebec Is At the Forefront of Canada’s Petro-Economy Expansion : Back in Gaspé, anti-oil activists like Maude Prud’homme (spokesperson for grassroots movement Tache ​d’Huile)—and countless others across Quebec—share the UN’s vision of a diversified future and are trying to take local action to achieve it. « All the energy we’re putting into fighting these things, » Prud’homme said, « we’re not putting it into trying to figure out how to get rid of our dependence to oil. »

Il serait « fou » de réglementer les GES dans le contexte pétrolier actuel, dit Harper : « Considérant le contexte gazier et pétrolier, il serait fou, ce serait de la folie sur le plan économique, d’imposer des pénalités à ces secteurs de façon unilatérale. Nous ne le ferons certainement pas. »

Above Their Law : After six week deliberation, all shale gas charges dropped against Maxime Daigle. The question is how. : No lawyer can represent an Indian legally, because a lawyer’s allegiance is to the Crown and Crown law.

Ces gens qui détestent les écologistes : Pour essayer de comprendre cette dissonance cognitive, retenons deux angles: le rationnel et l’irrationnel.

Oil Investors at Brink of Losing Trillions of Dollars in Assets. Gore: It’s That Road Runner Moment

Déjà Vu All Over Again : That, in turn, reminded me of the last time prolonged demand destruction collided with a boom in high-priced oil production, and sent me chasing after a book I read almost three decades ago.

The Oil Price Crash of 2014 : Since it’s almost the end of the year, perhaps this is a good time to stop and ask: (1) Why is this happening? (2) Who wins and who loses over the short term?, and (3) What will be the impacts on oil production in 2015?

The Collapse of Oil Prices and Energy Security in Europe ; I have to tell you that low oil prices are NOT a good thing for the reasons that I will try to explain. In particular, low oil prices make it impossible for many oil producers to produce at a profit and that could generate big problems for the world’s economy, just as it already happened in 2008.

Bécancour : 630 M$ pour liquéfier du gaz naturel : Une fois produit, le gaz naturel liquéfié sera acheminé chez les clients par petits navires méthaniers et par camions. Arrivé à destination, le gaz subira une transformation sur le site d’accueil pour retrouver sa forme gazeuse.

L’idéologie contre la science : Ce vendredi, on apprenait coup sur coup, ou plutôt coupe sur coupe, que le gouvernement du Québec retirait en totalité ses subventions au magazine scientifique Les Débrouillards et à l’Agence Science-Presse (ASP), des enveloppes de 175 000$ et 120 000$, respectivement. Sur le budget total de 97 milliards de dollars du gouvernement, ces «épargnes» représentent un mirobolant 0,0003%. Si on ramène cette proportion à un budget plus facilement appréhensible pour l’esprit, de 50 000$, par exemple, c’est l’équivalent de 15¢.

J’irai cracher sur vos tombes : J’aurais pu titrer: J’ai tiré sur vos étoiles. Tu sais, ces scintillantes qu’enfant on voit danser dans la nuit noire, celles qui t’aspires vers la grandeur du cosmos, celles qui te font poser tes premières questions scientifiques.

Alarm bells toll for human civilization as world’s 12th largest mega-city to run out of water in just 60 days : The result is a world where nobody thinks about the long-term implications of today’s trends because everybody’s too busy trying to extract a buck or two out of the very system that will destroy their future.

The power of self-belief

Extraction:

Founding Father of Fracking Boom Is Crying the Blues : Billionaire oilman Harold Hamm, referred to by Bloomberg as « the founding father of the U.S. shale boom » who helped drive the discovery and development of North Dakota’s oil-heavy Bakken shale formation, lost half his fortune in the last three months, the publication reports.

Fracking Produces More Radioactive Waste than Nuclear Power Plants : That plus the fatalities from fracking, gas compressor explosions, and gas line blasts make fracked gas by far the deadliest form of energy in the US. A bigger body count in a month than nuclear energy in 50 years. More fatalities in a quarter than coal in a year. More accidents in a year than in the history of solar and wind energy.

Avis de gros temps pour le pétrole extrême : La conclusion des analystes de Kepler Cheuvreux est redoutable. L’industrie pétrolière fait face à un risque élevé d’actifs échoués ou perdus (stranded assets) non seulement dans le scénario de prix baissiers causés par une diminution structurelle de la demande résultant d’une politique climatique rigoureuse, mais également dans le scénario de prix croissants du pétrole entraînés par des conditions de production plus coûteuses qui rendront les énergies renouvelables plus attractives. -

La baisse des prix du pétrole se fait sentir à Fort McMurray (VIDÉO) : Le baril de pétrole nord-américain qui valait plus de cent dollars est tombé sous 60 $ jeudi sur les marchés. À Fort McMurray, au cœur de l’industrie pétrolière, certains commencent à ressentir les effets de la baisse des prix.

BP démarre son exploitation des sables bitumineux du Canada : Il s’agit d’une première phase consistant à lancer une production qui pourrait atteindre 60 000 barils équivalents pétrole (bep) par jour d’ici 18 à 24 mois. Cette seule première phase a nécessité un investissement total de 3,2 milliards de dollars des deux partenaires, d’après des données communiquées en octobre par Husky Energy.

Pétrole de schiste : la face cachée du miracle américain : Trop contentes de voir les emplois affluer dans leurs régions, les autorités locales ont montré une réelle clémence à l’égard des producteurs d’énergie. Mais les « incidents » environnementaux – qui correspondent souvent à des fuites de gaz ou de pétrole – ont bondi récemment. Dans le Dakota du Nord, seul 1 puits sur 11 en avait fait les frais en 2006. C’est maintenant 1 sur 6, selon les autorités locales.

Le lobby des sables bitumineux remporte une manche en Europe : Ottawa a dépensé 30 millions pour aider l’industrie à défaire une directive faisant du pétrole albertain un produit hautement polluant

Qc:

Gaz de schiste: pas d’avantages pour le Québec, juge le BAPE : Malgré ce que répète le lobby du gaz de schiste, rien ne prouve que le développement de cette industrie serait avantageux pour le Québec. L’acceptabilité sociale n’est pas non plus au rendez-vous, conclut le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) dans son rapport rendu public lundi matin.

Victoire collective contre le gaz de schiste : Il faut croire en nous-mêmes ! Croire en notre exigence et en notre potentiel. Croire en notre droit de refuser ce qui va à l’encontre de l’intérêt public. Et maintenant, tous en choeur, marcher vers l’avenir, vers la si nécessaire transition à laquelle nous sommes conviés ! Exiger que le Québec se dote d’un plan crédible de transition. Qui puisse enrichir la collectivité et la qualité de la vie !

Des réactions au rapport du BAPE sur le gaz de schiste : Le rapport du BAPE souligne aussi que la fracturation hydraulique pour extraire le gaz de schiste du sous-sol québécois entraînerait des risques pour l’environnement et pour la sécurité publique.

Le Québec doit affirmer la primauté de sa compétence en matière de qualité de l’environnement : Les milliers d’heures de bénévolat donnent aujourd’hui leur résultat et confirment que nous avons eu raison de lutter pour préserver nos territoires de cette ravageuse industrie. Nous le répétons : il n’est pas souhaitable ni rentable pour le Québec de développer le gaz et le pétrole de schiste, ne serait-ce qu’en invoquant l’urgence climatique » affirme Jacques Tétreault, coordonnateur et porte-parole du RVHQ.

Le rapport du BAPE sur les gaz de schiste – Une rebuffade qui laisse la porte ouverte à l’industrie : En réalité, la proposition du BAPE coïncide étrangement avec les plans d’une industrie qui en est encore à tester le sous-sol pour en évaluer la valeur: «On a trois ans de travaux devant nous. Il faut prendre ces trois années pour se donner le cadre réglementaire. On pourra s’inspirer du rapport du BAPE. Si dans trois ans, toutes les données sont au rendez-vous, qu’on soit en mesure de passer en phase d’exploitation», déclarait à l’automne au Devoir le directeur général de l’Association pétrolière et gazière du Québec, Stéphane Gosselin.

LE CMAVI SALUE LA CONCLUSION DU RAPPORT DU BAPE SUR LE GAZ DE SCHISTE : « En conséquence, le gouvernement doit bannir définitivement l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste et se doter d’un plan et d’une stratégie énergétique qui favorise les sources d’énergies renouvelables dans le but de se sortir des énergies fossiles », dit Serge Fortier porte-parole du CMAVI.

La fin du gaz de schiste… pour l’instant, selon Pierre Arcand : Selon les cinq associations, l’énergie n’est pas une industrie «comme les autres», puisque son intérêt se mesure en termes de «stabilité économique tout autant qu’en sécurité de l’approvisionnement».

Philippe Couillard ferme la porte… à un moratoire : « Je n’aime pas les  » moratoires  » parce que quand vous mettez un moratoire en place, vous verrouillez la porte. Je veux que les portes restent ouvertes [ou à tout le moins] que les gens sachent comment ouvrir la porte », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse jeudi avant-midi.

Gaz de schiste: La résistance s’organise : Une vingtaine de comités de citoyens impliqués dans le dossier de l’exploitation et de l’exploration des gaz de schiste se sont rencontrés le 12 décembre à Drummondville afin de s’entendre sur une stratégie visant à lutter contre l’implantation de cette industrie au Québec.

Gaz de schiste : victoire ou répit ? : Le premier ministre vient encore de rater une belle occasion d’éliminer du décor une industrie du siècle dernier, qui accélère les changements climatiques. Il avait en mains toutes les preuves qu’il lui fallait pour interdire à jamais l’utilisation de cette technologie partout au Québec, notamment à Anticosti et en Gaspésie. Il a plutôt clairement démontré que son gouvernement, malgré l’évidence, ne voit pas l’urgence de développer des énergies nouvelles, plus respectueuses de l’environnement.

Un abandon prématuré et injustifié : Surpris des propos du premier ministre, les milieux d’affaires réclament une véritable analyse du potentiel économique

ACCEPTABILITÉ SOCIALE – Schiste alors! : L’industrie gazière a reçu cette semaine trois mauvaises nouvelles en autant de jours, le Québec, l’État de New York puis le Nouveau-Brunswick fermant tous trois la porte à l’exploration et à l’exploitation du gaz de schiste. Les opposants à cette activité voient dans ces décisions une « victoire collective immense ». Nuançons. La porte n’est pas fermée à double tour.

Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick présente son moratoire sur la fracturation hydraulique : Il s’agira d’une interdiction temporaire de la fracturation hydraulique en tout genre, a souligné le premier ministre. On ne fera pas de distinction entre la fracturation à l’eau ou au propane, et le moratoire ne sera pas régional.

New Brunswick moratorium on fracking has 5 conditions, including consulting First Nations : Those conditions include a process to consult with First Nations, a plan for wastewater disposal and credible information about the impacts fracking has on health, water and the environment, Brian Gallant said Thursday.

GASPÉSIE:

les citoyens de Gaspé dénonce la complaisance du gouvernement vis à vis de Pétrolia : Le comité de citoyens Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé n’obtient aucune réponse à ses questions en ce qui concerne la protection de l’eau potable.

48 heures de campement et manifestation : La résistance aux forages à Gaspé monte d’un cran! : « Les raisons de s’opposer au forage ne manquent pas : la défense de l’économie locale basée sur des écosystèmes en santé, (pêche, tourisme, chasse), le respect des droits des communautés qui n’ont toujours pas été convenablement consultées ou encore nos responsabilités envers les générations futures. »- Selon, Lydia Bérubé, une résidente de Sandy Beach.

La Fondation Rivières annonce son appui au comité de citoyens Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé : Elle annoncera également dans les prochains jours le nom des personnalités publiques qui viendront parrainer les rivières York et Saint-Jean situées à proximité du site des forages en cours de réalisation dans le secteur Haldimand de la ville de Gaspé.

Haldimand numéro 4 : visite du site et problème de communication : Les relations sont tendues entre Pétrolia et des membres de la presse. La compagnie avait invité les journalistes mardi à visiter le site du puits Haldimand numéro 4. Mais, une fois sur place, l’ingénieur qui est responsable du forage n’était pas autorisé à répondre aux questions des journalistes de la télévision. Martin Toulgoat raconte.

actions pétrolia

Le Bas-Saint-Laurent-Gaspésie va gérer la faune et la forêt sur Anticosti : « C’est inconcevable, une partie de l’île serait avec le Bas-Saint-Laurent, une autre avec le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour moi, ça témoigne d’une incompréhension totale de ce qui peut se passer dans nos communautés », dit en s’insurgeant la présidente de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord, Micheline Anctil.

Tache d’huile lance l’initiative « Produit menacé par le développement pétrolier » : Pour Catherine Beau-Ferron, il s’agit de lancer un débat sur le sujet et de solidariser les commerçants et les consommateurs autour d’une autonomie alimentaire qui passer inévitablement, selon elle, par un écosystème libre de toute exploitation pétrolière.

Contamination de l’eau et autres désagréments:

Principaux déversements et fuites de pétrole en 2014

Déversement à Sept-Îles: Cliffs devra payer une amende de 821 000 $ : En visioconférence au palais de justice de Sept-Îles, M. Barnabé a rappelé la dangerosité du contaminant déversé, le mazout lourd étant considéré comme «le produit pétrolier qui peut causer le plus de dommage» à l’environnement.

Déversement aux Îles : le ministère de l’Environnement enquêtera

CFIM Iles de la Madeleine: Déversement dans le port de CAM : les sols contaminés sont expédiés à l’extérieur : La porte-parole d’Hydro-Québect, Marie-Élaine Truchon, explique que cette terre est actuellement expédiée par bateau, vers Rimouski

Le carburant s’échappe toujours d’un bateau qui a coulé à Trois-Rivières : Une entreprise privée devait débuter le pompage du diesel, samedi, a confirmé M. Lapointe. Aucune contamination de sources d’eau ou de sites de pêche n’a été relevée jusqu’ici par Urgence-Environnement.

Tragédie de Lac-Mégantic -9 millions aux avocats, rien aux proches des victimes : Les familles des victimes de Lac-Mégantic n’ont encore touché aucune indemnisation financière près d’un an et demi après la tragédie, dans laquelle 47 personnes avaient trouvé la mort.

Un bateau s’échoue dans le Saint-Laurent à la hauteur de Batiscan : Le bateau Sundaisy E, qui transporte du ciment, s’est échoué dans le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Batiscan en fin d’avant-midi, lundi. Il se dirigeait vers Hamilton en Ontario.

North Pole Sues Koch-Owned Oil Company Over Contaminated Water : « The presence of sulfolane contamination in the city’s groundwater has rendered that groundwater unfit for human consumption and endangers the public health or welfare, »

Forget Oil. Here Are The More Insidious Things That Polluted America’s Air And Water This Year : « We’re learning a lot of really crazy things about oil and gas industry waste, which largely hasn’t been a public issue until now, » said Andrew Grinberg, the oil and gas program manager at Clean Water Action. “We started engaging on fracking, and the fracking itself is a problem, but really when you follow the industry and what they’re doing with water, it raises even more kind of alarming aspects.”

Catastrophique marée noire au Bangladesh : Aucun pays dans le monde ne s’est pourtant manifesté pour venir en aide au Bangladesh.

Breaking: Massive Enbridge Spill in the city of Regina : The company estimates that approximately 1350 barrels of crude oil was released.

25 Families Forced To Flee Their Homes Due To Uncontrolled Gas Leak At Fracking Well : « Despite numerous precautionary measures taken in connection with the temporary plugging and abandonment operation, the well began to flow uncontrollably while recommencing production operations, » the company said in a statement.

Israel Oil Spill Four Times Worse Than Initially Thought : The company responsible for what many are calling Israel’s worst-ever environmental disaster has admitted that the amount of oil it spilled in the Arava desert is about four times larger than it initially estimated, Haaretz reported on Sunday.

Transport des sables bitumineux

Coule pas chez nous : «la réelle mobilisation» commence selon Gabriel Nadeau-Dubois : «Les échanges ont porté sur la phase II de la campagne Coule pas chez nous! Un comité a été formé afin de voir à la bonne gouvernance et la saine gestion des fonds. La campagne, qui sera bonifiée en 2015, continuera de sensibiliser et de diffuser de l’information sur le terrain, par et pour des citoyens», résume Anne-Céline Guyon, porte-parole de STOP oléoduc Portneuf–Saint-Augustin.

Une fuite de pétrole d’un oléoduc alimente l’opposition du projet Énergie : La semaine dernière, une fuite d’un oléoduc appartenant à la compagnie Canadian Natural Resources a causé le déversement de 60 000 litres de pétrole brut dans le nord de l’Alberta.

Les oléoducs, une nécessité absolue : Finalement, les dirigeants rappellent que la capacité des oléoducs est l’une des principales contraintes restreignant la croissance de ce secteur. Déjà, fin 2012, les analystes se faisaient unanimes en avertissant que le Canada se dirigeait vers un engorgement de la capacité de transport de ses oléoducs.

FAR FROM INEVITABLE: The Risks of and Barriers to Tar Sands Expansion : It is becoming clear that the rapid pace of tar sands development has depended on a perfect storm of conditions. The key question is will these conditions persist? The answer on multiple levels is no.

Est

Coule pas chez nous période de questions Colline parlementaire à Ottawa

Énergie est

Un port pétrolier à Baie-des-Sables? : L’idée d’un port pétrolier à Baie-des-Sables est à peine formulée qu’elle suscite déjà de l’opposition. Les députés Pascal Bérubé et Jean-François Fortin expriment leur désaccord face à la possibilité que la municipalité devienne une alternative à Cacouna pour le projet de port pétrolier de TransCanada.

TransCanada dit qu’elle n’abandonne pas Cacouna : Des huit sites étudiés au départ par TransCanada pour son projet de terminal au Québec, on compte notamment la Baie-des-Sables, où le maire Denis Santerre a refusé de confirmer ou d’infirmer s’il a déjà eu des contacts avec la compagnie.

L’OPEP serait-elle en train de tuer Énergie Est? : Gaz Métro n’est pas contre le projet, mais ne peut y adhérer dans sa forme actuelle. Essentiellement, le problème en est un de capacité d’approvisionnement du Québec pour deux mois dans l’hiver. TransCanada veut utiliser le tuyau actuel entre North Bay et Ottawa pour transporter du pétrole. Elle construirait une nouvelle conduite pour le gaz, mais d’une capacité deux fois moindre.

Le port pétrolier de Cacouna compromis, dit Couillard : M. Couillard a par ailleurs affirmé que l’évaluation environnementale de Québec sur le pipeline Énergie Est ne tiendra pas compte des émissions de gaz à effet de serre découlant de l’extraction du pétrole bitumineux en Alberta.

« Quel que soit l’avenir du projet de TransCanada, l’extraction aura lieu, a expliqué le premier ministre. Donc, ça n’ajoute rien au débat de regarder cet aspect-là, qui est déjà bien connu et discuté nationalement et internationalement. »

Confusion à Québec Heurtel et Couillard ne s’entendent pas sur la question des GES : La confusion règne à Québec dans le dossier du pipeline Énergie Est. Alors que Philippe Couillard a dit mardi que la question des gaz à effet de serre serait finalement exclue de l’évaluation environnementale québécoise, son ministre de l’Environnement a continué mercredi de soutenir le contraire.

La réplique › Autorité sur Énergie Est : Le Canada n’est pas un État unitaire : Les provinces ne peuvent pas interdire le passage d’un pipeline interprovincial sur leur territoire, mais peuvent certainement imposer des conditions et sanctions

Et tant pis pour les changements climatiques! : À l’heure où le Canada est de plus en plus pointé du doigt par la communauté internationale comme étant réfractaire à emboîter le pas dans la lutte aux changements climatiques, il nous faut réclamer haut et fort que le Québec se tienne debout face à l’industrie et le gouvernement fédéral

Ottawa pressé d’évaluer les GES liés au projet Énergie Est : « Si nous ne pouvons pas discuter de l’expansion des sables bitumineux et du climat à l’ONÉ, où pouvons-nous le faire ?, a souligné pour sa part André Bélisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

Kanehsatake Declaration Against TransCanada’s Energy East Pipeline : Members of the Kanehsatake community assert their land rights at so-called Parc National D’Oka and make a declaration against TransCanada‘s Energy East pipeline project.

TransCanada fait l’objet de plaintes pour violation de la Loi sur les langues officielles : « Comment l’Office pourrait-il décider si le plus important pipeline en Amérique du Nord est dans l’intérêt public sans donner l’opportunité aux francophones de participer pleinement au processus? », s’inquiète la présidente de l’Association des propriétaires privés, agricoles, acéricoles et forestiers, France Lamonde, par voie de communiqué.

TransCanada accusé d’embellir des faits : Dans la section «Environnement» du site d’Énergie Est, on peut lire la phrase suivante: «Depuis 2007, les réductions de GES en Alberta équivalent au retrait de 4,8 millions de voitures de la circulation.»

Ouest

Kinder Morgan president talks about « challenging » Burnaby Mountain protests (VIDEO) : He explains in the video why Kinder Morgan chose to plan the pipeline to go through Burnaby Mountain, and says and said his company would « make every effort to leave the mountain as healthy as he found it ».

What part of ‘no’ does Shawn Atleo not understand? : The same day his successor was announced at the Assembly of First Nations, former national chief Shawn Atleo started work for a tar sands mega-project that looks like a workaround to the stalled Enbridge Northern Gateway Pipeline.

Changements climatiques

Montréal, si le niveau de la mer augmentait de 40 mètres (PHOTO) : Le site Spatialities a imaginé à quoi ressemblerait l’archipel de Montréal suite à la fonte des glaces dans le but de nous sensibiliser aux conséquences des changements climatiques et de nous donner une idée des dommages qu’engendrerait une telle catastrophe…

Ban Ki-moon semonce Harper : « J’exhorte le Canada à être porteur de plus grandes ambitions, à être plus visionnaire pour l’avenir de la planète », a plaidé Ban Ki-moon dans le cadre d’une entrevue accordée à Radio-Canada/CBC avant l’ouverture des négociations ministérielles qui se tiennent cette semaine à Lima, au Pérou.

GES: Harper protège le pétrole et le gaz : « Honnêtement, dans le contexte actuel du secteur pétrolier et gazier, il serait insensé d’imposer des pénalités unilatérales à ce secteur. Nous ne ferons certainement pas cela », a affirmé le premier ministre au cours de la période des questions à la Chambre des communes.

U.N.’s Lima Climate Talks Have Biggest Carbon Footprint Ever : The Lima climate talks will produce more than 50,000 metric tons of carbon dioxide, a record carbon footprint for any U.N. climate meeting measured, organizers say — though all that greenhouse gas pollution will be offset by host country Peru’s protection of forest, organizers say.

Canada sticks to its line on the oil sands at UN climate summit : Environment Minister Leona Aglukkaq heads to the United Nations climate summit this weekend with no new targets and no commitment to action on Canada’s fastest growing source of greenhouse gases in the oil sands, but with a pledge to crack down on a little-known chemical that represents a tiny portion of this country’s emissions.

11-Year-Old Takes Vow of Silence Demanding Climate Action : Judging by the hundreds of thousands of hits his site is getting, kids worldwide agree. Several classmates even tried to join his campaign, only to be forbidden by parents certain it wouldn’t change anything.

L’AQLPA commente l’accord historique de dernière minute à Lima – Le Canada doit maintenant faire face à ses responsabilités ; Deux fois le Canada a manqué à ses engagements, soit lors des accords de Kyoto et de Copenhague, il doit maintenant démontrer un réel sens des responsabilités» conclut André Bélisle, président de l’AQLPA.

Activists: Climate Talks Have Done Nothing to Avert Catastrophe, But Hope Lies in People’s Action : We are broadcasting from Lima, Peru, at COP 20, the United Nations climate conference, where negotiators are hours away, or maybe days away, from the formal talks, unless they’re extended over the weekend.

What Greenpeace’s Insensitive Action Means for Climate Justice : « Rather than relay an urgent message of hope and possibility to the leaders gathering at the Lima UN climate talks, we came across as careless and crass. »

Changement climatique : l’échec de nos mécanismes d’évaluation environnementale : Le projet Énergie Est démontre l’échec de ces mécanismes pour traiter de ces questions et l’influence prédominante des intérêts politiques et économiques sur nos procédures d’information et de consultation publique. La protection de l’environnement et de la démocratie exigent de revoir ces mécanismes.

Alternatives

culticycle pedal power tractor

à visionner

LA RIPAILLE : Une semaine avant le dépôt du premier budget du gouvernement Couillard, un souper gastronomique gaspésien rassemble quelques «invités d’honneur»

PROTÉGEONS L’EAU POTABLE,

PRÉVENONS L’IRRÉPARABLE.