12 mars 2016

Vaudevilles dangereux – Mars 2016

1- Entrée Tache d’huilesque:

NOUVEAUTÉ : hyper-concentré partiel de la synthèse Est-du-Québec , en spécial-dédicace au monde vraiment trop occupé pour la synthèse provinciale qui se trouve plus bas même si on vous la conseille pareil…

Bonjour gensses Tache d’huilesques, et désolé-e-s du retard de cette infolettre (tant à faire!

Bien que le gouvernement du Québec questionne enfin la pertinence de forer à Anticosti (mais bon, ok pour de la petite fracturation et Pétrolia refuse de répondre aux questions des journalistes), il semble qu’aucune des raisons environnementales évoquées dans ce dossier ne s’applique en Gaspésie. Le signal est donné à Junex, comme à Petrolia, que les ministères à Québec approuveront leurs demandes. Pourquoi un traitement différent pour la Gaspésie? La Gaspésie serait-elle une zone sacrifiée? Autre question, Québec va-t’il hypothéquer la province pour renflouer Pétrolia? et, élément fondamental négligé, les Innus possèdent des droits ancestraux sur Anticosti… Et Old Harry, M. Couillard? Par ailleurs, le Fonds vert a encore fait jaser et pourrait financer la cimenterie de Port-Daniel et ses gros sabots.

Dans le dossier de Belledune, une mise à jour est disponible à l’approche le début des procédures judiciaires impliquant le Mi’gmawei Mawiomi Secretariat contre Chaleur Terminals Inc et le gouvernement du Nouveau-Brunswick. le mardi 15 mars 2016. Tache d’huile partage l’invitation des Mi’gmaqs engagé-e-s dans la poursuite à une présence solidaire à la Cour.

Boues de forage et gestion des matières résiduelles : Le rapport de PESCA a été déposé au Conseil municipal de Saint-Alphonse lundi le 7 mars. Nous en ferons une analyse prochainement. On peut déjà mentionner que l’eau est contaminée au point de déconseiller la baignade, en amont du LET, et que la protection des cours d’eau est la responsabilité de la MRC.

Pour s’encourager, sachez qu’il est possible de faire pousser des légumes en hiver dans une région nordique, (autre témoignage!) . Autres gens créatifs? Une boulangerie de New Richmond fait le pari du zéro déchets. Malheureusement, plusieurs élans sont brisés quand vivre autrement n’est pas permis. En attendant, L’IRIS fait la proposition documentée du transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec, et encore une autre grosse proposition, cette fois du Syndicat des postes qui y vont d’une foule d’idées pour des collectivités durable.

Autres invitations:

image alt text

2- Synthèse de l’actualité hydrocarbures au Québec et aux alentours lousses

En ce début mars, à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes, soulignons le premier anniversaire du mur de femmes contre les oléoducs et les sables bituminuex, mais aussi l’assassinat de la militante écologiste Berta Caceres . Aussi, nous vous invitons à considérer les relations entre ces luttes, et vous partageons cette initiative sur l’intégration du genre dans la lutte et l’adaptation aux changements climatiques au Québec.

mur femmes oléoducs

Le Fonds vert a encore fait jaser. Après 800 000 $ à Air Canada pour des ailettes aux ailes des Boeing 767, et Orléans Express qui a reçu 500 000 $ quand il a annoncé la réduction de ses services en Gaspésie, on a vu 6 millions $ pour un oléoduc et il pourrait financer la cimenterie de Port-Daniel. et ses gros sabots. On invite plutôt le gouvernement à utiliser le Fonds vert à bon escient ! Nous ne sommes pas rassuré-e-s de voir le Fonds passer aux mains du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, et ce malgré l’appellation Transition énergétique Québec(mais quelle transition?). et certains se demandent s’il y a corruption du marché du carbone mais surtout, n’oublions pas que pendant ce temps, le business pétrolier continue.

En effet, malgré cette apparente volonté de « décarbonisation » de l’économie et questionne enfin la pertinence de forer à Anticosti il semble qu’aucune des raisons environnementales évoquées dans ce dossier ne s’applique en Gaspésie. Junex a obtenu le permis de complétion et a l’intention d’amorcer ce printemps ses travaux de terrain. et Philippe Couillard est en accord avec le projet Bourque. Pourquoi un traitement différent pour la Gaspésie? La Gaspésie sera-elle une zone sacrifiée? On en parlera peut-être avec le nouveau ministre responsable

Pour revenir sur Anticosti, alors que Couillard entend «tout faire» pour éviter la poursuite des forages, Pétrolia a réclamé encore et encore une rencontre avec Couillard sur Anticosti, et insiste que le gouvernement a l’obligation de respecter le contrat, ce qui serait le cas. C’est presque gênant. M. Couillard appelant à l’aide,Tache d’huile a pris la balle au bond et demande : Québec va-t’il hypothéquer la province pour renflouer Pétrolia? Précisons que Québec assume l’essentiel du risque. Le vaudeville continue, avec le PQ et la CAQ qui s’en mêlent pendant que Pétrolia n’exclut pas de poursuivre Québec et poursuit la préparation des forages avec fracturation prévus cette année (mais refuse de répondre aux questions des journalistes). Investissement Québec attend les ordres du gouvernement Couillard mais surtout, élément fondamental négligé, les Innus, qui possèdent des droits ancestraux sur Anticosti, pourraient mettre en oeuvre divers moyens de pression politiques, juridiques et médiatiques afin de faire reculer Pétrolia si nécessaire ce qui pourrait être le cas car finalement, après la tant attendue rencontre, Pétrolia est rassurée car Couillard est à l’aise avec de la petite fracturation (!!!!)

Autre fait saillant qui fait sourciller quant aux objectifs de décarbonisation, le Règlement sur le Prélèvement des Eaux et leur Protection (RPEP) adopté en 2014 mais critiqué en ce février après analyse du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec. Ce règlement,portant sur une chose fondamentale, l’eau potable, est jugé «conçu pour l’industrie» avec ses normes insuffisantes et l’on refuse les dérogations pour les municipalités, ce qui a fait bondir Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé. Il existe (merci) une animation 3D pour mieux comprendre l’un des aspects farfelus du Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP), et une analyse critique du Règlement qui sera révisé en 2017 : préparons-nous!

Et Old Harry, M. Couillard? Parce qu’en passant, un tuyau de forage se brise sous l’océan, près des côtes de la Nouvelle-Écosse et s’il pas eu de déversements(fiou!), cet événement démontre la vulnérabilité des zones côtières propices à la pêche aux incidents semblables.

La politique énergétique devrait être déposée en mars. La loi sur les hydrocarbures est aussi attendue. Comme toutes ces annonces susciteront, nous l’espérons, moult débats, le gouvernement, qui reconnaît qu’une communauté peut refuser un projet, tente de contenir le débat public avec son Livre vert sur l’acceptabilité sociale . La Coalition Québec meilleure mine considère que cet enjeu, qui touche directement les collectivités impactées par différents projets, est trop important pour être laissé à de seules consultations particulières sur invitation du gouvernement, et appelle plutôt à une vaste consultation publique : nous partageons cet avis.

NB : Il faut bien comprendre qu’à force de signer des traités de commerce (…) nos représentants politiques se sont posés en mercenaire du libre commerce rappelle Jean-François Spain

Comme Tache d’huile est en Gaspésie, on trouve que le Nouveau-Brunswick est pas mal proche! Suite à des luttes menées notamment pas les Mi’gmaqs, la Commission du Nouveau-Brunswick sur la fracturation hydraulique publie son rapport final et affirme qu’il faudra mettre en place une agence de réglementation indépendante avant de lever le moratoire sur le gaz de schiste en vigueur dans la province. Des autochtones étaient d’ailleurs présents dans la salle au moment du dévoilement du rapport et il semble clair que chacun reste sur sa position.

Du côté de la ligne 9, il n’y a pas eu d’interruption du flot, mais EXCELLENTE NOUVELLE, la Cour suprême entendra l’appel de la nation Chippewas de la Thames(les soutenir!) Insolite : Enbridge, qui a été « accueilli » à Hamilton,voudrait briser sa dépendance au pétrole. Autre excellente nouvelle : Le pipeline Portland/Montréal est maintenant à sec. C’est malheureusement lié à l’arrivée de pétrole par la ligne 9, mais aussi à l’opposition de la municipalité de South Portland. (Gens de Mtl, sachez qu’outre la ligne 9, un projet de terminal maritime dans l’est de l’île de Montréal suscite l’inquiétude…)

Énergie Est: une première séance du BAPE a été interrompue alors que des groupes environnementaux ont déposé une injonction pour bloquer le début des audiences au Québec mais que la Cour supérieure a permis les audiences quand même. Mentionnons que le projet exempté d’une évaluation complète du BAPE. En mode juridique toujours, le gouvernement du Québec demande une injonction pour forcer TransCanada à se conformer aux lois (ce avec quoi le CQDE est d’accord) et même, (my dear!)que Québec pas obligé de dire oui, plaide Couillard. Le premier ministre du Nouveau Brunswick est venu faire son show mais certains demandent s’il se tire dans le pied et rapellons qu’au moins une communauté autochtone du Nouveau-Brunswick s’oppose au pipeline Énergie Est, et que l’on parle de leurs terres ancestrales non-cédées. À voir ; un tribunal dans l’Ouest vient-il de changer la donne? et des députés se liguent pour lancer une pétition au Gouvernement du Canada.

Comique mais pas drôle: Jean Charest a été conseiller en communications pour TransCanada et La CMM pourrait dire oui à Énergie Est, ce que semble plaider Trudeau qui rejoint somme toutes le maire Labeaume. En effet, une nouvelle approche avec plus de transparence et son super pitchman devrait nous convaincre. Insolite, dans le cadre du  » BAPE sur ce pipeline voué à l’exportation, le transport du pétrole par pipeline n’est ni plus, ni moins sécuritaire que le transport par train, a affirmé le Bureau de la sécurité des transports (BST), déboutant le vice-président d’Énergie Est, Louis Bergeron qui a présenté l’oléoduc comme une alternative plus sécuritaire, plus fiable et plus verte que le transport ferroviaire.

Parlons-en du transport ferroviaire d’hydrocarbures, alors que (Le contraire nous aurait agréablement surpris-e-s)l’on constate que le déversement de pétrole survenu dans la rivière Chaudière lors de la tragédie de Lac-Mégantic a eu des impacts majeurs et inédits sur la faune aquatique. Cette annonce justifie encore d’avantage les mobilisations grandissantes sur ces dossiers, que ce soit à Sorel, à Saint-Hyacinthe à Mégantic dont des citoyens, sous le choc de la réalité comme en témoigne la phase II de son étude sur l’état de santé des Méganticois et de la population de la MRCseront FINALEMENT rencontrés par le ministre des Transports, et bien sûr dans le dossier de Belledune qui continue de faire la nouvelle au Bas-St-Laurent et a vu une demande de commission parlementaire refusée. Une mise à jour a été envoyée, alors que s’approche le début des procédures judiciaires impliquant le Mi’gmawei Mawiomi Secretariat contre Chaleur Terminals Inc et le gouvernement du Nouveau-Brunswick. le 15 mars 2016, Tache d’huile partage l’invitation des Mi’gmaqs engagé-e-s dans la poursuite à une présence solidaire à la Cour.

En Colombie Britannique, on exprime des inquiétudes autour des sites pétroliers abandonnés mais surtout, CHANTAGE! l’Alberta boudera l’hydroélectricité de la province voisine si elle refuse un oléoduc. Dans l’ouest s’est aussi tenue une rencontre sur les changements climatique et Ottawa tempère les attentes, mais on aura(Ô joie) un audit national des GES en 2017. Ceci dit, les Premières nations plaident pour le consentement, genre faire les choses de base.

INTENSE : Au Pérou, un pipeline a fui dans l’Amazone et les Wampis, directement affecté-e-s , tiendrait des responsables publiques en otage, exigeant de l’aide pour réparer les dégats. (pas la même intensité mais quand même) En Pennsylvanie, des gens ralentissent l’avancée d’un pipeline en empêchant la coupe d’arbres sur le tracé

IRONIE : Un camion contenant du carburant s’est enfoncé dans une route de glace en raison du réchauffement climatique. En terme de recyclage, on voit certainement toujours plus de libéraux recyclés en lobbyistes

Pour s’encourager, sachez qu’il est possible de faire pousser des légumes en hiver dans une région nordique, (autre témoignage!) . Autres gens créatifs? Une boulangerie de New Richmond fait le pari du zéro déchets, participant à un élan qui pourrait, qui sait, mener à un village bio et solidaire ? Malheureusement, plusieurs élans sont brisés quand vivre autrement n’est pas permis. En attendant, L’IRIS fait la proposition documentée du transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec, et encore une autre grosse proposition, cette fois du Syndicat des postes qui y vont d’une foule d’idées pour des collectivités durable.

Hydrocarbures EN GASPÉSIE

BLOQUONS-LES|

Revue d’actualité choisie, hydrocarbures au « Québec et aux alentours »

Enjeux socio-économiques

Toujours plus de libéraux recyclés en lobbyistes:En vérité, je vous le dis, le patronat et le Parti libéral du Québec ne font qu’un. Aux smattes qui trouvent que j’exagère, je vous demande de me trouver une seule mesure instaurée par les libéraux de Couillard qui a été critiquée par le patronat et par les nantis?

Fonds vert

6 millions $ pour un oléoduc: Le projet d’oléoduc d’Ultramar-Valero entre Montréal et Lévis a obtenu un coup de pouce du Québec sous la forme d’une subvention de 6 millions $ provenant du pactole destiné à la lutte aux changements climatiques.

La gestion du Fonds vert sera revue en profondeur, promet le PM: Québec va créer prochainement un conseil de gestion du Fonds vert, en vue de s’assurer qu’on saura précisément à quoi sert l’argent englouti dans les divers projets financés, ce qui n’est pas le cas actuellement.

De l’argent du Fonds vert pour financer la cimenterie de Port-Daniel: Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a laissé entendre mercredi que le coûteux projet pourrait recevoir de l’argent du Fonds vert.

Un nouvel organisme pour encadrer le Fonds vert: Centrée sur une nécessaire « transition » vers une économie plus verte, la politique énergétique du gouvernement Couillard prévoit la mise en place d’un nouvel organisme, chargé de coordonner toutes les actions du gouvernement touchant l’efficacité énergétique et la lutte contre les changements climatiques.

Utiliser le Fonds vert à bon escient : Pendant ce temps, les groupes œuvrant en environnement pâtissent d’un manque de financement récurrent, accentué par l’incertitude concernant le renouvellement de leurs programmes (quand ils peuvent en bénéficier). Et tout cela, pour bien moins que ce qui a été octroyé, ne serait-ce qu’à Air Canada.

Le gouvernement Couillard crée «Transition énergétique Québec»: Actuellement, 44 % de l’énergie consommée au Québec est de sources renouvelables. Le nouvel objectif gouvernemental de réduction des gaz à effet de serre (GES), visant d’ici 2030 une réduction de 37,5 % par rapport à 1990 et la prochaine politique énergétique sont des moyens par lesquels le Québec pourra moderniser et diversifier son économie. Ils permettront également le déploiement des technologies vertes et des énergies renouvelables dans une perspective de « décarbonisation » de l’économie.

Le Fonds vert : Un cirque ridicule: Les membres du Parti Libéral sont des gens pleins d’intégrité, mais sous une curieuse forme. Ils aiment les valeurs universelles, mais dans certains cas seulement.

Québec pourrait encore financer Port-Daniel: Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a laissé entendre mercredi que le coûteux projet pourrait recevoir de l’argent du Fonds vert.

La palette de verts de Couillard: Vert soutenu quand il s’agit de protéger l’île Anticosti de l’exploitation gazière et pétrolière. Vert délavé lorsqu’il s’agit du rôle du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, notamment dans le projet de l’oléoduc Énergie Est de TransCanada, et de la volonté de Québec de faire respecter ses lois plutôt que de céder le terrain à Ottawa.

Philippe contre Couillard:Depuis quelques semaines, les médias québécois sont inondés par les affirmations surprenantes d’un humain. Philippe affirme son intention d’empêcher la destruction d’une partie du territoire québécois par les pétrolières, avides de bénéfices et chancelantes au bord du précipice d’une industrie malmenée.

Philippe Couillard promet un changement de cap majeur:En misant sur la « décarbonisation » et l’« innovation », la politique énergétique du Québec 2016-2030 imposera le Québec comme un « leader mondial de la production en énergie verte » — et non seulement en hydroélectricité —, a annoncé le premier ministre Philippe Couillard.

Le roi solaire?: Lui qui espérait qu’on cesse de l’« écoeurer » sur la question, Anticosti est devenu un dossier tenace pour Philippe Couillard. Ses sorties passionnées pour la protection de cette île de « relative petite taille » (l’argument le moins convaincant du premier ministre !)

LA CONTRADICTION LIBÉRALE: Qu’importent les raisons qui poussent M. Couillard à ne pas être d’accord avec ce mode d’exploitation du pétrole, l’important dans la dialectique qui se dessine est de bien saisir les motifs évoqués par Pétrolia face à l’État.

Livre vert sur l’acceptabilité sociale – Québec doit élargir le débat: Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec (MERN), Pierre Arcand, a déposé hier un Livre vert précisant ses orientations en matière d’acceptabilité sociale. La Coalition Québec meilleure mine considère que cet enjeu, qui touche directement les collectivités impactées par différents projets, est trop important pour être laissé à de seules consultations particulières sur invitation du gouvernement, et appelle plutôt à une vaste consultation publique.

Québec reconnaît qu’une communauté peut refuser un projet: Le gouvernement Couillard reconnaît que les consultations en vue du démarrage d’un projet d’exploitation des ressources naturelles peuvent conduire à un rejet de la communauté. Et même s’il se réserve le dernier mot, il s’engage à tenir compte de « l’acceptabilité » qu’il suscite avant de donner le feu vert.

Femmes

Assassinat de la militante écologiste Berta Caceres: Une militante écologiste hondurienne, Berta Caceres, a été assassinée jeudi par des inconnus qui lui ont tiré dessus alors qu’elle rentrait chez elle, à La Esperanza, à environ 200 km au nord-ouest de Tegucigalpa, a annoncé sa famille.

Le mur de femmes contre les oléoducs et les sables bituminuex: un an de prise de parole : Lors du lancement de la Marche mondiale des femmes 2015 (MMF 2015), à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars dernier, plus d’une centaine de femmes, accompagnées d’allié-es, formaient un grand Mur de femmes contre les oléoducs et les sables bitumineux devant la raffinerie Suncor dans l’Est de l’île de

Extraction

Québec a «improvisé» des normes insuffisantes: Le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection adopté par le gouvernement Couillard en vue des forages pétroliers et gaziers est « improvisé, brouillon et inadéquat », conclut un rapport produit par un collectif scientifique obtenu par Le Devoir. Plus de 325 municipalités du Québec réclament d’ailleurs le droit de déroger à ce règlement et d’imposer des normes plus sévères.

Pas de dérogations pour les municipalités, dit David Heurtel: Même si 325 municipalités réclament le droit de se doter de règles plus sévères que celles élaborées par les libéraux pour fixer les distances entre les forages pétroliers et les sources d’eau potable, le ministre David Heurtel refuse d’acquiescer à leur demande.

Fracturation pétrolière: le règlement québécois «conçu pour l’industrie»: Le nouveau règlement québécois censé protéger l’eau potable des forages gaziers ou pétroliers est « conçu sur mesure pour l’industrie » et injustifiable d’un point de vue scientifique, selon un regroupement de scientifiques qui a pris la parole vendredi.

L’Inacceptable RPEP – Animation 3D pour mieux comprendre: Pour comprendre l’un des aspects farfelus du Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP), visionnez une animation 3D préparée par l’ingénieur géologue Marc Durand, membre du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec

Analyse critique du Règlement sur le Prélèvement des Eaux et leur Protection (RPEP) entré en vigueur le 14 août 2014

Moody’s Cuts Canadian Oil Sands’ Rating to Junk Status: The credit rating of Canadian Oil Sands Ltd., which was recently acquired by Suncor Energy Inc., was cut to speculative

Emphasis on oil sands called a ‘historic mistake for Canada’:A high-profile adviser on renewable energy to the European Union says Canada is making a huge mistake in placing so much emphasis on the oil sands as the key component of the country’s energy policy.

Gaspésie

Junex pourra évaluer le potentiel pétrolier de son puits Galt no 5 : À priori, le permis de complétion vise la réalisation de travaux dans un puits dans le but d’y installer les équipements nécessaires afin de produire le pétrole ou le gaz naturel découvert lors des travaux de forage. Junex a l’intention d’amorcer ce printemps ses travaux de terrain, moment qui selon elle permettra d’optimiser l’efficacité de l’opération tout en minimisant les coûts.

La Gaspésie serait-elle une zone sacrifiée? Gaspésie, 7 mars 2016: Alors que le gouvernement du Québec questionne enfin la pertinence de forer à Anticosti, il semble qu’aucune des raisons environnementales évoquées dans ce dossier ne s’applique en Gaspésie. Le signal est donné à Junex, comme à Petrolia, que les ministères à Québec approuveront leurs demandes. Pourquoi un traitement différent pour la Gaspésie? Parce qu’on commence à se demander… La Gaspésie sera-elle une zone sacrifiée?

Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé demande une rencontre avec le ministre Heurtel: À la suite des propos tenus par le ministre Heurtel en réaction à la conférence de presse donnée par le collectif scientifique qui maintient que les distances imposées par le RPEP ( Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection) sont « insuffisantes pour assurer une protection adéquate des sources d’eau potable du Québec »

Philippe Couillard en accord avec le projet Bourque: Plusieurs élus et intervenants socioéconomiques de la région se sont par la suite demandé quelle était la vision du gouvernement pour un projet comme celui de Bourque, près de Murdochville, qui espère amener du gaz naturel vers une barge de liquéfaction flottante amarrée à Gaspé.

Québec va-t’il hypothéquer la province pour renflouer Pétrolia?: M. Couillard continue d’affirmer son opposition à l’exploitation d’hydrocarbures sur l’île d’Anticosti, appelant même à l’aide les organisations environnementalistes et la communauté scientifique.

Pétrolia – un comité de suivi pour évincer les citoyens: Un comité de suivi sert à éliminer les obstacles nuisant à la réalisation d’un projet. C’est ce que tente Pétrolia avec son projet Haldimand 4, d’après les nouvelles publiées par Radio-Canada(1), le Journal de Québec(2) et la station Radio Gaspésie CJRG-FM(3).

Les gros sabots de Ciment McInnis: Depuis son acquisition du projet de cimenterie de Port-Daniel, en décembre 2011, la firme Ciment McInnis a régulièrement montré qu’elle pouvait porter de gros sabots et mettre à l’épreuve plusieurs des citoyens de la municipalité dans laquelle elle s’est installée, et ceux des communautés gaspésiennes en général.

Cimenterie McInnis: l’hypocrisie libérale sous son vrai jour: Après l’épisode des bélugas du Saint-Laurent, puis celui du flushgate à Montréal, sans oublier l’argent gaspillé du Fonds vert, je pensais sincèrement que le ministre de l’Environnement, David Heurtel, ne pouvait plus descendre plus bas.

Le nouveau ministre responsable de la Gaspésie se perçoit comme un facilitateur : M. Proulx admet être encore en apprentissage dans ses nouvelles fonctions, mais se dit prêt à accompagner les Gaspésiens et Madelinots qui auront des projets, des inquiétudes ou des revendications.

La filière éolienne gaspésienne s’intéresse à l’Alberta: Lors du dévoilement de sa stratégie à la lutte aux changements climatiques, en novembre dernier, la première ministre de l’Alberta Rachel Notley s’est engagée à remplacer toutes les centrales au charbon de la province d’ici 2030.

Pétrolia «rassurée» : Le président-directeur général de la société Pétrolia, Alexandre Gagnon, est sorti « rassuré », mercredi, d’une rencontre où le premier ministre Philippe Couillard a gardé le silence sur son opposition aux forages par fracturation hydraulique sur l’île d’Anticosti.

Compressions gouvernementales : ras-le-bol à Percé : Les villes atypiques comme Percé font les frais des politiques d’austérité du gouvernement Couillard, dénonce M. Boudreau dans une lettre ouverte envoyée aux médias régionaux.

Anticosti : Pétrolia doit donner l’heure juste aux citoyens québécois : La FPJQ dénonce les refus répétés de Pétrolia de répondre aux questions des journalistes alors qu’elle est au centre d’une polémique et que le public doit être éclairé sur le projet d’exploration gazière et pétrolière qui aura un impact considérable sur la plus grande île du Québec.

Golfe

Et Old Harry, M. Couillard?: Malgré son virage vert en ce qui concerne l’exploration d’hydrocarbures à Anticosti, le premier ministre Philippe Couillard ne ferme pas la porte au projet Old Harry.

Anticosti

Pétrolia met de la pression pour rencontrer Couillard: La société Pétrolia a écrit au premier ministre Philippe Couillard lundi pour lui rappeler qu’il n’avait toujours pas donné suite à son engagement de rencontrer ses représentants dans les plus brefs délais, concernant l’exploration d’hydrocarbures

Pétrolia réclame une rencontre avec Couillard sur Anticosti: Ce n’est pas par communiqué ou par la bouche d’un porte-parole qu’est venue la riposte de Pétrolia : le PDG de la pétrolière, Alexandre Gagnon, est lui-même sorti sur la place publique pour dénoncer l’attitude du premier ministre.

«Le contrat est respecté», affirme Philippe Couillard: Le premier ministre Philippe Couillard se défend de briser le contrat qui lie le gouvernement à Pétrolia dans le cadre du projet d’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti. Il se dit tout de même prêt à rencontrer l’entreprise, comme celle-ci le réclame.

Québec assume l’essentiel du risque:Le contrat signé par le gouvernement du Québec pour l’exploration sur l’île d’Anticosti prévoit que le seul autre partenaire à financer les travaux de 100 millions de dollars pourrait se retirer du projet dès cette année

Pétrolia répliquera au gouvernement Couillard: Au cours des derniers mois, le premier ministre Philippe Couillard a indiqué qu’il ne souhaitait pas développer un quelconque projet d’hydrocarbure sur cette île du golfe du Saint-Laurent.

Québec ne peut pas stopper l’exploration pétrolière sur Anticosti, affirme Pétrolia: Même si le gouvernement Couillard semble vouloir tourner définitivement le dos à l’exploration pétrolière sur Anticosti, Pétrolia poursuit la préparation des forages avec fracturation prévus cette année.

Le gouvernement a l’obligation de respecter le contrat, insiste Pétrolia: Quoi que puisse dire le premier ministre Philippe Couillard à propos de l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti, le message de Pétrolia demeure le même : le gouvernement est tenu légalement de poursuivre les travaux entamés.

Couillard entend «tout faire» pour éviter la poursuite des forages: Après cinq années de débats et de spéculations sur une éventuelle exploitation de pétrole de schiste sur l’île d’Anticosti, le gouvernement du Québec est visiblement sur le point de mettre un terme au projet d’exploration en cours

Pétrole d’Anticosti : les libéraux se dissocient du projet: Si le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a fermé la porte à l’exploitation des hydrocarbures de l’île d’Anticosti jeudi, son ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a quant à lui poussé le verrou vendredi.

Le désaveu du PM a coûté 18 M$: Le désaveu de Philippe Couillard à l’égard du projet d’exploration des hydrocarbures sur l’île d’Anticosti a déjà coûté près de 18 millions $ aux contribuables québécois.

Couillard entend «tout faire» pour éviter la poursuite des forages: Après cinq années de débats et de spéculations sur une éventuelle exploitation de pétrole de schiste sur l’île d’Anticosti, le gouvernement du Québec est visiblement sur le point de mettre un terme au projet d’exploration en cours, selon ce qui se dégage des propos tenus vendredi par le premier ministre, Philippe Couillard.

Pétrolia n’exclut pas de poursuivre Québec: L’entreprise dit avoir tenté à maintes reprises d’obtenir une rencontre avec le premier ministre et son ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand. Mais ses démarches ont été accueillies par un silence radio du gouvernement.

Exploitation de l’île d’Anticosti : les Innus veulent empêcher les forages: Les Innus, qui possèdent des droits ancestraux sur Anticosti, pourraient mettre en oeuvre divers moyens de pression politiques, juridiques et médiatiques afin de faire reculer Pétrolia, si nécessaire.

Des déclarations qui ouvrent la voie à des recours judiciaires, selon le PQ et la CAQ: Le premier ministre Philippe Couillard s’expose à des poursuites judiciaires pour avoir tué à coups de « déclarations malheureuses » le projet d’exploitation des hydrocarbures enfouis sur l’île d’Anticosti, sont d’avis le Parti québécois et la Coalition avenir Québec.

Investissement Québec attend les ordres du gouvernement Couillard: Investissement Québec suit « de très près » l’évolution des relations entre le gouvernement Couillard et Pétrolia, la société d’exploration dans laquelle sa filiale Ressoures Québec détient un gros bloc d’actions, mais n’a jusqu’ici reçu aucune directive.

Le gouvernement a l’obligation de respecter le contrat, insiste Pétrolia: Quoi que puisse dire le premier ministre Philippe Couillard à propos de l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti, le message de Pétrolia demeure le même : le gouvernement est tenu légalement de poursuivre les travaux entamés. L’entreprise, qui a déjà déposé la demande d’autorisation en vue des forages prévus cette année, n’exclut d’ailleurs pas de recourir aux tribunaux pour forcer la main à Québec.

Nouveau-Brunswick

Gaz de schiste au N.-B. : beaucoup de travail à faire selon la Commission sur la fracturation hydraulique : La Commission du Nouveau-Brunswick sur la fracturation hydraulique affirme qu’il faudra mettre en place une agence de réglementation indépendante avant de lever le moratoire sur le gaz de schiste en vigueur dans la province. La Commission ne se prononce toutefois pas sur la levée ou non du moratoire, une question qui ne faisait pas partie de son mandat. Des manifestants autochtones étaient d’ailleurs présents dans la salle au moment du dévoilement du rapport.

Gaz de schiste au N.-B. : chacun reste sur sa position : Des opposants et des partisans du gaz de schiste n’ont pas tardé à réagir au rapport de la Commission du Nouveau-Brunswick sur la fracturation hydraulique.

La Commission du Nouveau-Brunswick sur la fracturation hydraulique publie son rapport final en trois volumes : La Commission du Nouveau-Brunswick sur la fracturation hydraulique a publié aujourd’hui ses conclusions. Elles comprennent notamment un processus de réglementation indépendant et intégré, une relation renouvelée, de nation à nation, avec les Autochtones et la nécessité d’élaborer une stratégie énergétique et environnementale.

Contamination de l’eau et autres désagréments

Le «monstrueux» problème de l’eau potable: À Québec, la dégradation du lac Saint-Charles donne lieu à une mobilisation sans précédent pour protéger les sources en eau potable. Une bataille qui risque de s’étirer sur plusieurs années et faire des petits ailleurs au Québec.

Des poissons intoxiqués au pétrole: Après le déraillement et l’explosion d’un convoi ferroviaire en plein coeur de Lac-Mégantic, en juillet 2013, le ministère de l’Environnement a estimé que 100 000 litres de pétrole brut se sont déversés dans la rivière Chaudière, qui se jette elle-même dans le Saint-Laurent. Québec a donc mandaté un comité d’experts pour faire le suivi de la contamination du cours d’eau.

Sites pétroliers abandonnés: la Fondation David Suzuki sonne l’alarme: Un groupe environnemental s’est inquiété lundi des tuyaux, des têtes de puits, des chevalets de pompage et même des bâtiments entiers abandonnés dans la campagne britanno-colombienne par l’industrie des hydrocarbures.

Inquiétudes autour des sites pétroliers abandonnés: Un groupe environnemental s’est inquiété lundi des tuyaux, des têtes de puits, des chevalets de pompage et même des bâtiments entiers abandonnés dans la campagne britanno-colombienne par l’industrie des hydrocarbures.

The Train Derailment That Gushed Oil Into A Quebec River Has Spawned Freaky Fish: Two-and-a-half years after a train carrying millions of gallons of crude oil derailed and exploded in the small Quebec town of Lac-Mégantic, scientists are finding deformities in the fish living in nearby rivers.

Fuel tanker plunges through Deline, N.W.T., ice road: The territory’s Department of Environment and Natural Resources posted a photo to its Facebook page Saturday showing the truck partly submerged through a hole in the ice.

Un tuyau de forage se brise sous l’océan, près des côtes de la Nouvelle-Écosse ; John Davis, directeur de l’organisme Clean Ocean Action Committee, s’est dit soulagé qu’il n’y ait pas eu de déversement. Il a toutefois souligné que cet événement démontrait la vulnérabilité des zones côtières propices à la pêche aux incidents semblables.

Pipeline Break Spills Oil Into Amazon Waterways: Thousands of barrels of oil are spilling into the Amazon’s waterways.

Déchets nucléaires près du lac Huron: les libéraux fédéraux devront trancher: Ces groupes soutiennent que si les libéraux fédéraux veulent demeurer crédibles dans leur discours environnemental de campagne électorale, ils se doivent d’écarter la recommandation formulée en mai dernier par un comité d’évaluation fédéral, qui donnait son aval au projet de la société d’État ontarienne.

Canadian Rivers Institute turns 15, looks to tackle new water issues: What started as a small group of New Brunswick researchers with a mandate to manage and protect rivers, estuaries and waterways is now celebrating 15 years of progress.

California Capped a Massive Methane Leak, but Another is Brewing — Right Here in Texas: The Aliso Canyon Oil Field, a natural gas storage facility in southern California, spewed an estimated 96,000 metric tons of methane into the air over the last four months, before it was temporarily capped this week.

Oil spills contaminate major river in Peru’s Amazon: The first breach in the pipeline occurred on Jan. 25 in the Bagua province of Amazonas, eight miles from a creek which feeds the Morona river, a major tributary of the Amazon river. The second spill from the same pipeline began on Feb. 3 in the Datem del Marañon province in the neighboring Loreto state.

Action directe et mobilisation

Pennsylvania Farm Defended Against Fracking Pipeline Tree Cutters: Clear-cutting of trees on a Pennsylvania family farm for the Constitution Pipeline was held off another day by successful negotiations between property owners and pipeline company representatives. The discussion was backed up by a large group of pipeline opponents, who stood ready to block the incursion of tree cutters.

Greek Farmers Blockade Highways Over Pension Cuts: To cover a projected €600m deficit in this year’s pension budget, the government is proposing cuts to benefits and increasing employers’ contributions. Greek farmers also face an additional government measure that will double the income tax they pay.

Oléoducs: un tribunal dans l’Ouest vient-il de changer la donne?: En préparation de mon cours de cette semaine (sur la procédure québécoise d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement), j’ai entrepris des recherches afin de démêler les aspects juridiques enchevêtrés du projet Oléoduc Énergie Est devant l’Office national de l’énergie (ONE).

Transport d’hydrocarbures

Projet de 800 M$ abandonné à Bécancour : Le projet de construction d’une usine de liquéfaction de gaz naturel à Bécancour, au coût de plus de 800 millions $, est abandonné, a appris notre Bureau d’enquête..

Fleuve

Inquiétudes autour d’un terminal maritime: Un projet de terminal maritime dans l’est de l’île de Montréal suscite l’inquiétude chez les citoyens malgré les propos rassurants de la Corporation internationale d’avitaillement de Montréal (CIAM).

Énergie est

Énergie Est : une première séance du BAPE interrompue: Devant une salle bondée, des citoyens ont forcé temporairement l’interruption de la première séance de travaux du BAPE sur le projet d’oléoduc Énergie Est. La webdiffusion de l’événement a momentanément été interrompue, selon le journal Métro.

Les audiences du BAPE sur le projet Énergie Est débutent dans la tension: Les audiences du BAPE sur le pipeline de TransCanada ont débuté lundi soir dans une certaine tension, alors que des opposants ont interrompu pendant quelques minutes la présentation du projet livrée par des représentants de la pétrolière.

Énergie Est : des chercheurs de l’ISMER et de l’UQAR aux audiences publiques: Des chercheurs de l’UQAR et de l’ISMER figurent sur la liste des témoins experts invités par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement dans le cadre de son étude du projet d’oléoduc Énergie Est.

Le BAPE sur Énergie Est en sursis: Le feuilleton judiciaire se corse dans le dossier du pipeline Énergie Est. Le Devoir a appris que des groupes environnementaux ont déposé une injonction pour bloquer le début des audiences du BAPE sur le projet, le jour même où le ministre David Heurtel confirmait le dépôt d’une injonction pour forcer TransCanada à respecter les lois du Québec.

Péril noir sur le monde agricole : Pas moins de 75 % du tracé du pipeline Énergie Est au Québec se trouve en zone agricole.

Appui majoritaire à l’oléoduc Énergie Est… sauf au Québec: Un nouveau sondage réalisé en ligne par l’Institut Angus Reid suggère que 64 % des Canadiens sont en faveur du projet d’oléoduc Énergie Est, mais ces appuis varient énormément selon les régions.

Un pipeline, une province, des enjeux communs: Le pipeline Énergie Est doit traverser plus de 800 cours d’eau au Québec. Selon une étude réalisée par Polytechnique, ces traversées pourraient poser de grands risques environnementaux pour une trentaine de rivières importantes, dont certaines servent de sources d’eau potable.

Jean Charest a été conseiller en communications pour TransCanada: L’ex-premier ministre du Québec Jean Charest, qui s’est prononcé en faveur du projet d’oléoduc Énergie Est en janvier dernier, a agi « occasionnellement à titre de conseiller en communications » pour TransCanada jusqu’en septembre 2015, a confirmé la société albertaine hier.

La CMM pourrait dire oui à Énergie Est: Les maires de la région de Montréal, qui ont opposé un refus catégorique au pipeline Énergie Est en janvier dernier, pourraient-ils changer leur fusil d’épaule ? Oui, croit le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, pour peu que TransCanada « refasse ses devoirs ».

Québec demande une injonction pour forcer TransCanada à se conformer aux lois: Le ministre David Heurtel a finalement déposé mardi matin une demande d’injonction afin d’obliger TransCanada à se conformer aux lois environnementales du Québec. Québec maintient néanmoins le BAPE qui doit débuter ses audiences lundi prochain, même si les travaux seront menés sans la documentation requise par la loi.

Elizabeth May crie au « Quebec bashing »: Dans un rare élan de solidarité transpartisane, le Bloc québécois et le Parti vert se sont alliés jeudi pour lancer une pétition s’opposant au passage au Québec de l’oléoduc Énergie Est. L’objectif vise à démontrer que le Québec est uni dans son opposition au projet de TransCanada.

Énergie Est: Régis Labeaume persiste et signe: Critiqué pour son appui public à l’essentiel du projet de pipeline de TransCanada, Régis Labeaume a conseillé aux opposants d’aller exprimer leurs doléances devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) en mars.

Where do big city mayors along the pipeline route stand on Energy East?: Toronto Star columnist Chantal Hébert has commented, « No mayor holds a veto over a pipeline but it will be hard to secure a social licence for any project [including the Energy East pipeline] absent more support from the political leaders who are closest to the day-to-day life of so many voters. »

Energy East Is Anything But Canadian Oil For Canadians: When TransCanada first announced its 4400km Energy East pipeline project from Alberta to Saint John, the spin was all about nation-building.

Le milieu des affaires se range derrière TransCanada: Quelques jours après le refus du projet Énergie Est par la Communauté métropolitaine de Montréal, le milieu des affaires du Québec offre sont appui à TransCanada et plaide en faveur de la construction de ce pipeline de 625 kilomètres en sol québécois, dans le but de satisfaire les besoins de transport des pétrolières qui exploitent les sables bitumineux.

L’ONE renvoie TransCanada faire ses devoirs de transparence: Quelques jours après le rejet du projet Énergie Est par la Communauté métropolitaine de Montréal, le milieu des affaires a offert mercredi un appui indéfectible au pipeline de TransCanada, que la pétrolière a même qualifié de « projet de société ». L’Office national de l’énergie lui a tout de même ordonné de revoir sa demande, jugeant très ardue la compréhension des dizaines de milliers de pages de documents envoyées à l’organisme fédéral.

Une communauté autochtone du Nouveau-Brunswick s’oppose au pipeline Énergie Est: Le Grand chef Ron Tremblay a annoncé la tenue d’une conférence de presse lundi où les mères de clans et d’autres membres du conseil de bande discuteront de leur responsabilité en matière de protection de leurs terres ancestrales non-cédées.

TransCanada tasks its new Quebec pitchman with selling Energy East: The project was Oléoduc Saint-Laurent, a 16-inch conduit carrying refined petroleum products from Valero Energy Corp.’s refinery in Lévis, 240 kilometres south to Montreal. And the person who shepherded the $300-million plan from start to finish was Louis Bergeron, a chemical engineer from Quebec City.

TransCanada: le Québec pas obligé de dire oui, plaide Couillard: N’en déplaise au reste du Canada, le Québec n’a pas à se sentir obligé de dire «oui» au projet de pipeline d’Énergie Est simplement parce qu’il reçoit d’importants paiements de péréquation, a affirmé Philippe Couillard vendredi.

Prendre son gaz égal: Favorable au projet d’oléoduc d’Énergie Est, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, y voit un potentiel de retombées économiques non négligeables pour sa province, qui affronte des défis financiers importants. Denis Coderre, lui, continue de s’y opposer tant qu’Énergie Est n’a pas répondu à toutes les questions entourant la sécurité, la protection de l’environnement et les avantages à long terme.

Oléoduc Énergie Est : TransCanada exemptée d’une évaluation complète du BAPE: Québec n’obligerait pas la compagnie à respecter le Règlement sur l’évaluation et l’examen des impacts sur l’environnement du adopté par le gouvernement du Québec en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement, qui stipule que « la construction d’un oléoduc d’une longueur de plus de 2 km dans une nouvelle emprise » doit « obligatoirement » être assujettie à une procédure d’évaluation et d’examen relativement à ses conséquences sur l’environnement.

Quand le Nouveau-Brunswick se tire dans le pied: J’ai été interpellée et c’est pourquoi j’ai senti le besoin de vous écrire. Je dois également signaler que, contrairement à d’autres dirigeants, j’ai cru sentir une certaine humanité en vous. Vous avez exprimé être pour le passage du pipeline Énergie Est pour deux raisons principales.

Pétition au Gouvernement du Canada: Nous, soussignés, Citoyennes et Citoyens du Québec, prions le Gouvernement du Canada de : respecter la volonté des Québécoises, des Québécois et de l’Assemblée nationale du Québec; ne pas transformer le Québec en autoroute du pétrole des sables bitumineux; respecter les pouvoirs du Québec en environnement; mettre un terme au projet Énergie Est de TransCanada.

Des groupes de femmes manifestent contre Énergie Est : À la veille du début des audiences du BAPE sur le projet d’oléoduc Énergie Est, des groupes de la société civile, surtout composés de femmes, ont manifesté dimanche à Sorel-Tracy, en Montérégie, contre ce projet controversé de TransCanada.

Oléoduc Énergie Est: un non-sens économique: La question n’est pas vraiment de savoir si un pipeline serait plus sécuritaire que le train, mais surtout, y aura-t-il une demande pour ce pétrole bitumineux qui justifierait la construction du pipeline Énergie Est ?

Énergie Est: le train aussi sécuritaire que le pipeline, selon le BST ;Lévis) N’en déplaise à TransCanada, le transport du pétrole par pipeline n’est ni plus, ni moins sécuritaire que le transport par train, a affirmé le Bureau de la sécurité des transports (BST), mardi, lors des audiences publiques sur l’oléoduc Énergie Est.

Un pipeline voué à l’exportation de pétrole de l’Ouest : Cela signifie que, dans le meilleur des scénarios actuellement sur la table, pas moins de 900 000 barils transportés chaque jour par le pipeline seraient directement destinés à l’exportation. D’ailleurs, selon ce qu’a déjà indiqué TransCanada, la multinationale souhaite exporter du brut vers les États-Unis, l’Europe et l’Inde. Pas moins de 281 pétroliers pourraient quitter les infrastructures portuaires de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, pour aller rejoindre les marchés extérieurs au Canada.

Énergie Est comme un choix entre le pipeline et le train. Son vice-président Louis Bergeron a présenté l’oléoduc comme une alternative plus sécuritaire, plus fiable et plus verte que le transport ferroviaire.

Ligne 9

Hamilton « welcomes » Enbridge!

Enbridge: la Cour suprême entendra l’appel d’une Première Nation : La Première nation Chippewas de la Thames a interjeté appel de l’approbation de l’ONÉ plaidant, entre autres, une consultation inadéquate en lien avec ses inquiétudes. La Cour suprême a établi fermement dans le passé que la Couronne a l’obligation de consulter et d’accommoder les nations autochtones.

Ferroviaire-maritime

Plus de 300 personnes ont manifesté devant les installations de Kildair à Sorel-Tracy

Nationwide Resistance To Crude Oil ‘Bomb Trains’ Gaining Momentum: In 2014, Terry Wechsler, an environmental attorney in northwest Washington, summed up why there hadn’t been opposition to the initial oil-by-rail terminals on the west coast, telling Reuters, « There was no opposition to the other three proposals only because we weren’t aware they were in formal permitting. »

Mégantic

Lac-Mégantic : le choc de la réalité: Hier, la Direction de la santé publique révélait les constats de la phase II de son étude sur l’état de santé des Méganticois et de la population de la MRC. Ceux-ci sont alarmants, mais pour plusieurs ils ne sont pas étonnants. La tragédie n’a malheureusement pas cessée depuis le 6 juillet 2013, elle s’est juste multipliée, propulsée pas des décisions politiques, le climat de division créé pour différentes raisons, le déni des états d’âmes et encore pire, le refus de voir la réalité et d’agir pour la changer.

Le ministre Garneau rencontrera des citoyens de Lac-Mégantic : Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, a accepté de rencontrer lundi prochain, le 14 mars, la Coalition de citoyens et d’organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.

Belledune

PROJET PÉTROLIER À BELLEDUNE : DEMANDE D’UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE: Bas-Saint-Laurent, 16 février 2016 – Le groupe citoyen « Non à une marée noire dans le Saint-Laurent » tient à préciser, qu’en raison du cours délai et des obligations personnelles de ses représentants, qu’il n’a pas pu participer à la conférence de presse d’aujourd’hui.

Convois pétroliers vers Belledune: les opposants ne seront pas entendus : Le gouvernement a rejeté, en soirée mardi, une requête formulée le 25 janvier par le Parti québécois. Elle demandait la convocation d’une commission parlementaire sur le projet Chaleur Terminals.

Convoi-citoyen au Conseil municipal de St-Hyacinthe

MISE À JOUR BAS-SAINT-LAURENT: MISE À JOUR | ÉMISSION| LE TRANSPORT DE PÉTROLE PAR TRAIN

NOUVELLE VERSION DE LA PROPOSITION DE RÉSOLUTION: Depuis l’été treize municipalités ont adopté des résolutions demandant au gouvernement du Québec de confier au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) le mandat d’étudier les impacts sur la sécurité et l’environnement liés au transport de pétrole occasionné par le projet de Chaleur Terminals à Belledune.

Présence solidaire pour le début des procédures judiciaires des Mi’gmaqs contre Chaleur Terminals inc et le gouvernement du N-B

Ouest

No power from B.C. without pipeline to west coast, says Notley: British Columbia may have surplus renewable power to sell to Alberta, but Premier Rachel Notley said Friday her government won’t be buying it unless it can get an oil pipeline built to the coast.

Changements climatiques

L’ONU s’inquiète du sort des pollinisateurs: Plusieurs espèces d’abeilles sauvages, de papillons et d’autres pollinisateurs sont menacées d’extinction, et la planète doit réagir avant que la chaîne alimentaire ne commence à en souffrir, prévient un impressionnant rapport scientifique compilé par les Nations unies.

Un audit national des GES en 2017: Le vérificateur général du Canada et ceux des provinces vont joindre leurs forces pour créer le premier audit national sur les mesures prises pour contrer les changements climatiques, affirme la commissaire fédérale à l’environnement et au développement durable.

Rencontre sur les changements climatiques: Ottawa tempère les attentes: Au cours d’un point de presse portant sur un autre sujet, la ministre Catherine McKenna a parlé encore de processus et d’étude, insistant, comme toujours, sur l’imposition d’un prix sur le carbone pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Plaidoyer pour le consentement: Tant et aussi longtemps qu’elle ne cherchera pas à obtenir le consentement des Premières Nations pour le développement de ses projets, l’industrie pétrolière se butera à de l’opposition, ont averti mardi les représentants de trois communautés autochtones touchées par des projets d’hydrocarbures.

Alternatives

Faire pousser des légumes en hiver: Faire pousser des légumes en hiver dans une région nordique: c’est le défi un peu fou que s’est lancé la coopérative de solidarité Les Artisans paysans. Elle en est à sa cinquième récolte dans deux serres non chauffées, à Chicoutimi.

Le transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec: Entre 2014 et 2024, le gouvernement québécois prévoit investir 90,3 G$1 en infrastructures au Québec, une part importante de ce plan allant au développement du réseau routier du Québec.

Québec est-il en train de corrompre le marché du carbone?: I y a quelque chose d’un peu surréaliste dans le débat actuel sur l’utilisation du Fonds vert pour subventionner les améliorations technologiques du secteur industriel en vue d’abaisser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Train de passagers en Gaspésie : une priorité pour Rémi Massé: Le député libéral d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, a récemment rencontré le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, pour discuter d’un éventuel retour du train de passagers en Gaspésie. Il faudra y aller par étapes, souligne le député, mais toutes les options sont envisagées pour trouver une solution.

Une boulangerie de New Richmond fait le pari du zéro déchets: La jeune entreprise qui a pignon sur rue depuis juillet dernier a pris un peu de recul cet hiver pour commencer l’année sous le signe du vert. Un défi logistique important qui demande une certaine imagination, mais qui s’inscrit dans l’approche prônée par le milieu entrepreneurial gaspésien.

L’énergie solaire n’est pas toujours écologique: À Réauville, dans le sud de la Drôme, dix hectares de forêt ont été rasés pour implanter une centrale solaire. Depuis, les regrets nourrissent une envie et une énergie farouches de ne plus répéter les mêmes erreurs.

Potager d’hiver: Une horticultrice d’Halifax expose sa méthode de jardinage hivernal.

Quand vivre autrement n’est pas permis: Sylvain Pilon et Bonnie Kerr ont décidé de vivre autrement, dans la nature, afin de s’en rapprocher et d’adopter un mode de vie plus respectueux envers celle-ci. Ce choix est toutefois menacé puisque des règlements municipaux les empêchent de vivre de cette manière.

Vers des collectivités durables: Notre service postal public peut mettre en place les infrastructures indispensables à une économie fondée sur les énergies renouvelables. Voici comment:

Electric vehicle fleet, charging stations, renewables and energy retro-fit financing, postal banking and more proposed by union and allies: An ambitious proposal for Canada Post is being launched today, coinciding with a renewed push for the Leap Manifesto.

Trémargat, village bio et solidaire : Dans ce laboratoire à ciel ouvert de projets alternatifs, les habitants soutiennent l’installation de paysans, s’approvisionnent dans une épicerie de produits bio et locaux, et se retrouvent au café associatif.

À lire-visionner

Pam Palmater: Honour the treaties, keep the promises

Un autre monde est possible: il a déjà existé! Entrevue avec Marc-André Cyr: Dans le but d’enrichir ma réflexion et de diffuser un discours politique divergent du discours dominant aseptisé et allergique aux remises en question structurelles, je vous propose dans ce billet la première partie d’une entrevue relative aux recherches de Marc-André Cyr, chargé de cours à l’UQAM en science politique, chercheur aux études doctorales et chroniqueur sur le site Ricochet.

Drôle

Enbridge wants to break its oilsands addiction: Canada’s largest pipeline company is trying to rebalance its business so that it won’t be dependent on Alberta’s oilsands sector after 2019, Enbridge executives told a conference call on Friday.

PROTÉGEONS L’EAU POTABLE,

PRÉVENONS L’IRRÉPARABLE.